Déclaration Du Grad Sur La Situation En GUINÉE

Le GRAD suit avec la plus grande attention l’évolution de la situation en Guinée. Il espère que la raison finira par l’emporter sur la volonté de se maintenir coûte que coûte au pouvoir affichée par le Président Lansana CONTE au mépris des aspirations légitimes du peuple guinéen, maintenu depuis plus de deux décennies dans une situation intolérable de non-Droit et de paupérisation croissante.

 

Le GRAD dénonce avec vigueur l’évolution récente de la situation qui, si elle perdure, risque de conduire le peuple-frère de Guinée dans les mêmes épreuves douloureuses qu’a connues le peuple togolais au lendemain du décès du Général EYADEMA et qui se sont soldées, de février à juin 2005, par des centaines de morts et des milliers de blessés et de réfugiés, sans que la communauté internationale ne réagisse avec suffisamment de détermination et de promptitude pour empêcher les massacres perpétrés sur une population sans défense et dont le seul tort était de réclamer le respect de la légalité constitutionnelle.

 

Le GRAD s’étonne de la faiblesse des condamnations de principe énoncées par la Communauté internationale. Le GRAD s’étonne encore plus du silence assourdissant observé par les Autorités des pays africains en général, et des pays de la sous-région ouest-africaine en particulier, alors que le peuple-frère de Guinée est soumis à une répression systématique et à un Etat de siège qui autorise toutes les exactions. La Communauté africaine semble ainsi demeurer insensible aux souffrances de ces millions de sœurs et de frères guinéens qui veulent davantage de démocratie pour leur pays et qui, en quelques jours, ont déjà payé un lourd tribut de plus d’une centaine de vies humaines.

 

Le GRAD condamne avec force la répression en Guinée et soutient sans réserve la lutte héroïque du peuple guinéen pour sa survie, sa liberté et sa dignité. Conformément à ses principes, le GRAD exhorte le Président Lansana CONTE à lever immédiatement l’Etat de siège et à instaurer un dialogue franc et sincère avec le peuple en vue d’un engagement résolu dans les voies de la démocratie et du développement.

 

Fait à Lomé, le 20 février 2007.

 

Write a comment

Résoudre : *
15 × 7 =


Please copy the string pDzbjn to the field below: