2.4. Programme 2007-2008

2.4.1. Situation

En dépit de la reprise du dialogue inter togolais et de l’avènement de l’Accord Politique Globale (APG) salués par les Togolais, il apparaît que les dirigeants n’ont réellement la volonté d’organiser des élections selon les principes démocratiques de liberté et de transparence. La crise de confiance persiste. Les dysfonctionnements et la corruption des Institutions de l’État, (administration générale, justice, communication, éducation, santé, les services de sécurité etc.), sont encore perceptibles. L’instrumentalisation des associations de la société civile se poursuit. On note un profond mécontentement de la population qui, en plus de son état de paupérisation généralisé, est, aujourd’hui, plus préoccupée par le délestage électrique et le manque d’eau. L’ampleur, la gravité et la durée des nombreux problèmes socio-économiques qui perdurent, font penser à une situation structurelle plutôt qu’à une crise conjoncturelle.
Les Togolais ne croient plus aux élections législatives comme solution de sortie de la longue crise politique que connaît le pays ; le GRAD préconise plutôt une Constituante où seraient représentés les partis politiques grâce un mode de scrutin proportionnel de liste national. De nombreux citoyens, déçus par tout ce qui se passe, hésitent à prendre part aux prochaines consultations électorales pour le renouvellement du Parlement.

Beaucoup ont le sentiment que notre démocratie s’apparente à ce que S.E.M. Van EEKELEN, ancien Ministre de la Défense des Pays-Bas qualifie de « démocratie des donateurs qui consiste à organiser des élections à la limite de la régularité et à maintenir tout juste assez de droits de l’homme pour pouvoir accéder à l’aide internationale. Pour rendre les choses encore pires, gagner les élections est maladroitement considéré comme une fin en soi plutôt qu’un moyen d’atteindre des buts généraux, c’est-à-dire mettre en application des programmes visant la stabilité politique et le développement économique tout court ». En effet, cette démocratie-là ne répondrait qu’aux conditions et exigences posées par les bailleurs de fonds quitte à ce que ceux-ci ferment les yeux et les oreilles sur certaines pratiques peu démocratiques.

2.4.2. Solution du GRAD

Afin de contribuer à régler de façon pacifique et durable la « crise » togolaise et amener les différents acteurs à une compréhension commune de la démocratie véritable, le GRAD s’engage à :

  1. accompagner, et, au demeurant, aider à initier toutes les reformes nécessaires au changement de système politique,
  2. favoriser la naissance d’une structure capable de canaliser l’espoir et l’aspiration de la majorité des Togolais pour ce changement,
  3. participer à la mise en oeuvre d’un programme pouvant contribuer à l’avènement d’un véritable État de Droit et d’une démocratie authentique, conditions nécessaires de stabilité et de paix indispensables au progrès économique, social et culturel.

Dans cette perspective, le GRAD, estime qu’il faut :

  1. promouvoir dans le pays, la culture démocratique par une éducation de masse touchant toutes les catégories sociales du Togo,
  2. promouvoir l’esprit de self help dans le pays pour que les populations puissent, pour un certain nombre de travaux d’intérêt commun, se prendre effectivement en charge. A cette fin, les organisations non gouvernementales (ONG) et les associations de promotion de développement à la base qui sont déjà sur le terrain doivent être sensibilisées et amenées à mieux s’organiser pour promouvoir cet esprit et rendre leurs propres interventions sur le terrain plus efficaces.
  3. promouvoir l’esprit de modernisation et de progrès, c’est-à-dire provoquer le changement des mentalités et des comportements par l’éducation civique et l’amélioration des techniques de production simples existantes et l’introduction de nouvelles techniques de production simples et de nouvelles technologies modernes dans le processus de développement ; mener une campagne de sensibilisation en vue d’introduire l’esprit de modernisation dans le pays, campagne qui doit viser essentiellement les secteurs traditionnel et informel, et la société civile.

2.4.3. Objectifs du Projet

Objectif général :

Renforcer le consensus au sein des acteurs sur les questions de démocratie et de développement économique et social,

Objectifs spécifiques :

  1. sensibiliser et impliquer les jeunes dans l’action citoyenne, notamment les amener à accepter les principes de la démocratie, de la non violence et de la culture de travail, et, à modeler leurs comportements en conséquence.
  2. parvenir à une compréhension commune de tous les acteurs sur la relation entre la démocratie et la bonne gouvernance.
  3. créer un puissant groupe, notamment par le regroupement et la structuration de plusieurs associations de la société civile doté d’un Centre d’études économiques et sociales en vue d’opérer un véritable changement pour l’unité, la démocratie et le progrès.

2.4.4. Activités du Projet

Les activités retenues pour l’année 2008 seront axées sur l’organisation de séminaires, d’ateliers, de tables rondes ou forum et des émissions radiodiffusées et télévisées. Ces activités porteront prioritairement sur :

1. L’organisation de séminaires et ateliers sur les défis de la démocratie et sur le rôle des différents acteurs pour les :

  • Syndicats
  • Les partis politiques
  • Les responsables des mouvements de femmes
  • Les responsables des services de sécurité et de l’Armée
  • Les tables rondes ou forums avec la participation de personnes ressources étrangères

2. Les modules

Pour ces différentes consultations, les travaux vont se dérouler de la manière suivante :

  • exposés en séance plénière,
  • discussions générales sur les exposés
  • travaux de groupe ou discussion en panélistes en cas de besoin.

Dans chaque cas, un programme de travail sera établi.

3. La confection de petits recueils ou opuscules à mettre à la disposition de la population.

Au terme des séminaires, il sera élaboré un petit livret mettant en évidence les B-A, BA portant sur le thème abordé.

4. Publication d’articles dans les organes de presse et émissions radiodiffusées et télévisées, l’objectif visé étant de toucher le plus de monde possible.

L’objectif général du GRAD étant de renforcer le consensus au sein des acteurs sur les questions de démocratie et de développement économique et social, l’Association envisage subsidiairement pour l’année à venir si les moyens le lui permettent :

5. L’organisation de conférences pour les :

  • Mouvements des jeunes
  • Etudiants

6. La collette d’informations et de documents sur les études existantes sur la démocratie et le développement.

7. L’analyse des solutions préconisées par ces études en vue de leur adaptation à la situation togolaise.

8. L’élaboration d’un document d’orientation et d’un plan pour de nouvelles études, définissant clairement les concepts de démocratie, de l’Etat de Droit et de progrès en vue d’offrir des repères aux membres du GRAD, aux acteurs politiques et aux associations de la société civile qui militent pour le changement de système politique.

9. L’organisation d’un Forum avec pour thème : « Les Etats-Unis d’Afrique : mythe ou réalité »

2.4.5. Stratégie d’intervention et moyen d’action

Pour entreprendre ces activités, Le GRAD va :

  • s’appuyer d’abord sur les compétences qui existent en son sein à savoir : des cadres compétents capables de transmettre la connaissance et le savoir-faire ; puis
  • procéder selon les besoins au recrutement de consultants sur une base contractuelle et conformément aux termes de référence précises ; et enfin
  • faire appel en cas de nécessité à des experts que les partenaires voudraient bien mettre à sa disposition.

S’agissant des moyens, le GRAD va, d’une part, utiliser comme précédemment, ses propres ressources constituées : de droits d’adhésion et de cotisations qui restent insuffisantes par rapport aux besoins, et, d’autre part, solliciter le soutien des partenaires en développement pour la réalisation de son programme.

2.4.6. Résultats et impacts attendus et plan d’évaluation

Toutes ces actions doivent concourir à faciliter la compréhension des valeurs et principes démocratiques qui sont au cœur du profond changement de système politique que le peuple togolais appelle de tous ses vœux.

Les résultats escomptés sont de :

  • faire prendre conscience aux acteurs politiques et leaders d’opinion que la démocratie et l’avènement d’un État de droit vont bien au-delà d’une simple alternance politique telle que le pensent souvent les partis politiques d’opposition et les partis au pouvoir, mais qu’il s’agit de changement en profondeur de tout le système politique.
  • amener la population togolaise, par les activités qu’engage le GRAD, à prendre conscience en vue de pouvoir passer des séquelles laissées par le système de parti unique à un véritable système démocratique et multipartite sans violence. Et, à cet effet, les organisations mentionnées ci dessus doivent être sensibilisées pour pouvoir passer ce message. Les évaluations faites à partir des opinions recueillies auprès des participants à ces diverses manifestations : séminaires, ateliers, conférences, émissions radio et télévision etc. permettront de savoir si les résultats escomptés sont atteints.